Tiens bon petit champion!

Non classé

jo 1Cher Jonathan, 

 J’écris cette lettre qui est pour moi un hommage, un témoignage de ce que j’ai pu voir en toi et en ta famille. Je voudrais le marquer à l’encre pour que non seulement tu puisses le lire un jour, mais aussi   pour que mes enfants en fassent autant. Pour qu’ils sachent que même les plus petits peuvent être des champions.

Un jour, c’était au mois de janvier, ton oncle Type Ntwari m’a dit que tu étais hospitalisé suite à des brûlures. Dit comme ça, je n’imaginais pas l’état dans lequel tu étais. Et pour tout te dire, je n’avais aucune idée de la gravité de ta situation, jusqu’au jour où j’ai vu tes photos sur les réseaux sociaux. J’en ai eu les larmes aux yeux, et à chaque fois que je pensais à toi, je pleurais sans te connaître.

J’avais surtout compris que tu n’étais pas encore sorti de l’hôpital. Il m’arrivait alors de penser à toi, à tout ce qui t’étais arrivé, et je me mettais à pleurer. Je n’osais pas imaginer ta douleur, ta façon de le vivre.  Tes parents, n’en parlons pas. Et j’avais mal pour toi, pour ta famille.

 Puis j’ai apporté un côté positif à tout ça : ‘’si ce petit a survécu, un jour il accomplira des exploits.’’ C’est alors qu’on a décidé de venir te rendre visite à l’hôpital, avec les grands solidaires.

 

Ce que j’ai vu en toi…

 Certes, la vie m’avait déjà apprise que les champions et les hommes extraordinaires ont souvent eu une vie assez compliquée avant d’être reconnus comme ‘’héros’’, ‘’champions’’, etc. Mais toi, Jonathan, tu m’as appris que l’on peut être champion à tout moment, et que l’âge ne compte absolument pas. 

Jonathan, dans tes yeux scintillent l’amour, l’espoir et le courage d’un petit garçon qui refuse de montrer sa douleur pour aider ses parents à être forts ! Tu ne te plains pas, tu ne t’apitoies pas sur ton sort, Jonathan. Tu respires la vie, la joie, le bonheur.  Bravo, car cet état d’esprit contamine ceux qui t’entourent, tes parents… et ce n’est pas le staff de l’hôpital Kira qui me contredira.

  

Le jour de notre visite, tu venais de totaliser huit mois d’hospitalisation. Et tu jouais avec d’autres enfants qui étaient venus te rendre visite. Dieu seul sait combien pour certains, une semaine d’hospitalisation peut être déprimante. Mais tu as changé l’environnement hospitalier en un endroit familial, où même les enfants peuvent jouer sans avoir peur, et tu as donné de l’espoir à tout ce monde qui t’a côtoyé. En écoutant le témoignage que te rendaient tes parents, j’ai eu des larmes de joie. C’était si merveilleux de n’entendre aucune peine dans leurs voix. Ils étaient fiers de toi, et moi aussi. Nous avons passé du temps de qualité avec ta famille ; vous avez été notre bénédiction ce jour-là.

 

Aujourd’hui, tu sors de l’hôpital vainqueur, Jonathan. Et dis-toi que tu devras le demeurer toute ta vie. Tiens bon petit champion !

Et encore une fois, Kaze chez les petits solidaires ! Prépare-toi à accomplir des exploits avec les enfants de ton âge. Viens mettre ton amour et ton courage au service des autres.

 

jo

With love,

Maman Solidaire.

2 réflexions sur “Tiens bon petit champion!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s